Virgil Brill

Photographies

Biographie et parcours

Virgil Brill



À l’aube, à certaines aubes, un homme sort de chez lui et prend des chemins. Il regarde au loin, attend, regarde encore, toujours au loin. Finalement et parfois, l’homme s’arrête et ouvre une petite boîte face au monde réel. La lumière du monde réel entre dans l’ouverture de la boîte et flirte avec le gélatino-bromure d’argent – ou son petit frère. De cette rencontre, quelques chimies plus loin, naît un objet baptisé négatif. L’homme, qui s’appelle Virgil Brill, confie alors la chose à un autre homme, un artisan réputé qui lentement, et avec mille mystères, applique des secrets découverts par son père et son grand-père. Le résultat est là.


Étrangement, dans le résultat, il y a des clins d’œil de vieux poètes taoïstes Chinois. Li Po, Tchouang-Tseu, Chen Tao et toute cette bande. Je case ces farceurs dans un coin – ils dérangent – et pose la première question : est-ce de la photo ou de la peinture ?


C’est de la photographie, dit Virgil – comme Bresson dirait du cinématographe. Mais la question n’est pas inutile.