Icons that matter !

Icons that matter !

Icons that matter !

La collection du musée du Witney Museum of American (qui gère aujourd'hui plus de  23 000 œuvres), véritable anthologie de l'art américain du XXe et XXIe siècle, a été initiée par la célèbre sculptrice et mécène Gertrude Vanderbilt Whitney (1875-1942).

L'exposition du musée Maillol presente une soixantaine d'œuvre du Pop Art américain du début des années 60 et ses répercussions sur les années suivantes.

À l'origine, au milieu des années 50, le Pop Art est britannique. "Populaire, éphémère, jetable, bon marché, produit en masse, jeune, spirituel, sexy, plein d'astuces, de séduction et qui rapporte gros." Voilà comment l'artiste britannique Richard Hamilton définit le Pop Art en 1957 ! Rapidement il s'émancipe et se propage au-delà de l'Atlantique. Ce courant, animé par une poignée de peintres new-yorkais se nourrira des codes de la culture populaire de masse.

Le Pop Art est un moyen d'analyser et de critiquer une société de plus en plus conformiste à travers l'importance grandissante des médias ; c'est une façon aussi d'explorer le rôle de la société de consommation dans la perception des images et du monde. Ce nouveau courant artistique incarnera le rêve américain, à la fois "optimiste, généreux et naïf " (L'American Way of Life).

5 stars du Pop Art :

- Roy Lichtenstein (1923-1997) : Girl in Window (1963), l'Amour est pixelisé ; les "dots de Lichtenstein", il utilise des cases de bandes dessinées qu'il retravaille avec une grille en grand format.

- Robert Rauschenberg (1925-2008) : Landmark (1968), assemblage et collages hétéroclites (combine painting) de choses vouées à l'oubli... "Des ruines hors de l'histoire mais pas sans histoire".

- Andy Warhol (1928-1987) : Nine Jackies (1967) ou Marilyn (1967) icône populaire, image lisse et désincarnée, la couleur outrancière séduit et la multiplication efface !
"Andy" superstar du Pop Art : "Si vous voulez savoir qui je suis, regardez la surface de mes tableaux et de mes films, il n' y a rien derrière"... Quelle sympathique modestie !

- Jasper John (1930) : Target with Four Faces (1968), le pop art des années 60 c'est l'objet et son image... Jasper John travaille à la frontière de ces deux mondes.

- Claes Oldenburg (1929) : Giant Fagends (1967), Il monumentalise des objets "glorieux et modestes" fabriqués par l'industrie, ici des mégots de cigarettes écrasés dans un cendrier. 

C'est intéressant de constater que cette critique de la société de consommation , les questions qui sont soulevées et les préoccupations de cette époque pas si lointaine sont plus que jamais d'actualité. À bientôt chez Zeuxis


Roy Lichtenstein, Girl in Window (Study for World’s Fair Mural), 1963


L
ichtenstein, Goldfish bowl, 1977


Jasper Johns, Target with Four Faces, 1968


Allan D’Arcangelo, Madonna and Child, 1963


Claes Oldenburg, Giant Fagends, 1967

-

Exposition Pop Art, Icons that matter

Au Musée Maillol du 22 septembre 2017 au 21 janvier 2018

Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30, nocturne le vendredi jusqu'à 21h30

Métro ligne 12, rue du Bac

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire